LE FER

Le fer est un constituant indispensable de l’hémoglobine, qui permet aux globules rouges de transporter l’oxygène dans l’organisme. Le statut en fer peut être évalué par plusieurs examens dont la concentration en fer sérique.

A quoi sert le fer dans l’organisme ?

Le fer est un oligo-élément essentiel pour l’organisme à plus d’un titre :

  • Le fer est un constituant de l’hémoglobine à l’intérieur des globules rouges, qui sert à approvisionner les différents organes en oxygène.

  • Il est également présent au sein de la myoglobine, qui est une forme de réserve d’oxygène dans les muscles.

  • Il entre dans la structure de nombreuses enzymes, qui interviennent dans des réactions métaboliques essentielles, par exemple, la synthèse d’ADN ou la production des catécholamines (dopaminenoradrénaline).

Le corps d’un homme adulte en renferme environ 4 g et celui d’une femme 2,5 g. On considère que 70 % du fer de l’organisme est lié à l’hémoglobine, le reste est fixé à des protéines de transport (ferritine ou transferrine) ou stockée dans certains tissus (notamment le foie et la moelle osseuse pour fabriquer de nouveaux globules rouges).

Le fer provient essentiellement de l’alimentation (foie, viande, œufs, poissons, légumes verts…). Les besoins en fer sont particulièrement importants chez la femme enceinte, pour faire face à l’augmentation du volume sanguin, ainsi qu’au développement des tissus du fœtus et du placenta. Ils sont également élevés pendant la croissance (durant la 1ère année de vie, la quantité de fer corporel est multipliée par deux).

Des concentrations faibles en fer peuvent conduire à une anémie, lorsque l’organisme n’a pas assez de globules rouges. A l’inverse, certains troubles peuvent entraîner une accumulation de fer et entraîner ainsi des dommages au niveau du foie, du cœur et du pancréas.

Pourquoi prescrire un dosage du fer ?

Le fer est un élément qui intervient dans la composition de l'hémoglobine (pigment du sang) et dans de nombreuses réactions métaboliques. Une diminution de la concentration en fer est recherchée lorsque l'on suspecte une anémie ferriprive (on parle de carence martiale) ou une anémie inflammatoire.

Le bilan martial vise à apprécier le taux de fer dans l’organisme mais également la manière dont il est métabolisé (assimilé par l’organisme). Ce bilan repose sur des dosages qui permettent d’évaluer la quantité de fer dans la circulation sanguine mais aussi de mesurer l’état des réserves ferriques ainsi que les éventuels mécanismes de compensation mis en place par l’organisme en cas de carence.

Cet examen permet ainsi de rechercher une carence en fer, une anémie liée à une carence en fer et plus rarement un excès de fer (hémochromatose). Il permet également de vérifier l’état nutritionnel d’un patient. Enfin, il peut être utile pour évaluer l’efficacité de traitements par sels de fer en cas de carence ou de traitements déplétifs en cas de surcharge.

Le statut en fer repose ainsi sur plusieurs examens qui ne sont pas toujours réalisés ensemble.

  • Le fer sérique qui mesure la concentration de fer dans le sang

  • La capacité totale de fixation du fer (TIBC) qui mesure la quantité de fer transportée dans le sang par la transferrine. La transferrine est une protéine dont le rôle est de transporter le fer depuis le tube digestif vers les cellules qui en ont besoin. La transferrine est produite en fonction des besoins en fer, elle augmente lorsque les concentrations en fer sont basses et vice versa.

  • La ferritine sérique reflète la quantité de fer stocké dans l’organisme.

Tous ces examens sont souvent prescrits ensemble, et permettent de mieux évaluer le métabolisme du fer. D’autres examens peuvent éventuellement être associés : un hémogramme ou numération de la formule sanguine (NFS), la protoporphyrine-Zinc (ZPP) qui augmente en cas de carence en fer, l’examen du gène HFE (pour le diagnostic d’une hémochromatose).

Dosage sanguin du fer sérique

Résultats normaux

Le taux de fer dans le sang est normalement compris entre 60 et 170 μg/dl (microgrammes par décilitre) chez les hommes et entre 50 et 160 μg/dl chez les femmes.

 

         Type           Par litre                  Pour 100ml

      Homme       10 - 30 µmol /l          60 - 170 µg / 100 ml

      Femme          9 - 28 µmol /l          50 - 160 µg / 100 ml

   Nouveau-né    20 - 35 µmol /l        110 - 200 µg / 100 ml

        1 an              5 - 15 µmol /l            30 - 80 µg / 100 ml

 

Variations physiologiques

Interprétation

Le taux de fer peut varier énormément chez une même personne au cours de la journée (de 30 à 40 %). Ainsi, on associe cet examen au dosage de la transferrine et le calcul du coefficient de saturation de la transferrine.

Taux de fer sérique élevé

Trop de fer peut conduire à un effet délétère sur un certain nombre d'organes incluant le cœur, le foie, le pancréas et les articulations.

Taux de fer sérique bas

Un niveau beau de fer sérique peut être associé une perte abondante de fer, une consommation plus importante de fer ou un apport insuffisant de cet oligo-élément.

Enfin, il est important de souligner que ce dosage de fer sérique effectué isolément n’a pas d’intérêt médical. Il est souvent associé à d’autres : capacité totale de fixation du fer (TIBC), la ferritine sérique

 

 

Comment éviter une carence en fer ?

La carence en fer se traduit par une anémie, accompagnée d'une réduction de la capacité physique et intellectuelle, d'une diminution de la résistance aux infections, et pendant la grossesse d'un risque augmenté de petit poids de naissance, de morbidité et de mortalité chez le nouveau-né. Les meilleures sources de fer se trouvent dans les viandes rouges, les abats, le boudin noir, les poissons gras, les fruits de mer… Le fer d’origine animale est mieux absorbé que le fer d’origine végétale (lentilles, haricots blancs, tofu, pommes de terre…). Découvrez les aliments les plus riches en fer.

En cas d’anémie authentifiée, le médecin peut prescrire du fer à dose thérapeutique sous forme de comprimés (comme le Tardyféron  B9). En cas de grossesse carence, des piqûres de fer peuvent être effectuées à l’hôpital.

Ecrit par : Dr Marie-Françoise Odou

LA FERRITINE

Qu’est-ce que la ferritine ?

La ferritine est une protéine de stockage du fer que l’on trouve en grande quantité au niveau intracellulaire (dans le foie et les cellules appartenant aux globules blancs). Elle régule l’absorption intestinale du fer. Au niveau sanguin, la ferritine est présente de façon transitoire.

Pourquoi prescrire un dosage de la ferritine ?

Le dosage de la ferritine mesure la quantité de fer présent dans le sang. Cet examen peut être prescrit pour trouver une cause d’anémie, détecter la présence d’une inflammation ou une hémochromatose (excès de fer dans l’organisme). Mesurer la ferritine permet aussi de vérifier l’efficacité d’un traitement visant à augmenter ou diminuer  le taux de fer dans le sang.

Dosage sanguin de la ferritine

Résultats normaux

Femmes     20-200 µg/l

Hommes    30-300 µg/l

Nouveau-nés     50-400 µg/l

1er mois     90-600 µg/l

3e mois     40-250 µg/l

6e mois     15-100 µg/l

Variations physiologiques

Le taux de ferritine dans le sang peut varier en fonction de :

  • l’âge : la ferritine est élevée à la naissance (400 µg/l) avec des valeurs maximales vers 2 mois (140-600 µg/l). Les taux adultes sont atteints après la puberté.

  • du sexe : les taux sont plus élevés chez l’homme. Chez la femme, la ferritine est faible en raison des menstruations, des grossesses, de l’allaitement et avant la ménopause. Après la ménopause, le taux revient à la normale.

Taux de ferritine élevé (hyperferritinémie)

Un taux élevé de ferritine peut être le signe :

  • d’une hémochromatose (excès de fer dans l’organisme) primitive ou secondaire liée à des transfusions répétées ou à un traitement par du fer ;

  • d’une tumeur. On observe une élévation de la ferritine dans certains cancers (foie, poumon, pancréas, rein, sein) et dans les hémopathies (Hodgkin, leucémies aiguës) ;

  • d’un syndrome infectieux ;

  • d’une cytolyse (destruction des cellules) provoquée par une hépatite virale ou d’autres hépatites aiguës ;

  • d’un syndrome inflammatoire (polyarthrite) ;

  • d’une anémie hémolytique ou sidéroblastique, ou d’une thalassémie bêta majeure.

Taux de ferritine bas (hypoferritinémie)

Un taux bas de ferritine peut être le signe :

  • d’une carence en fer : la baisse de la ferritine est très précoce, elle survient avant l’installation de l’anémie (si l’anémie s’installe, la ferritine est effondrée) ;

  • d’un régime végétarien ;

  • d’une hémolyse du paludisme ;

  • d’hémorragies gynécologiques (fibrome, port du stérilet) ;

  • d’un don de sang ;

  • d’une grossesse ;

  • d’un exercice intensif et régulier.

Une ferritine basse s’observe également chez les patients sous hémodialyse (diminution lors des carences en fer).

Écrit par : Dr Jesus Cardenas

LA TRANSFERRINE

Produite au niveau du foie, la transferrine ou sidérophiline est chargée du transport du fer. Elle va en limiter l’absorption en cas de surcharge ou capter le fer des réserves en cas de besoin. Son dosage permet d’en savoir plus sur le métabolisme du fer.

Son dosage peut s'inscrire dans le cadre d'une évaluation des réserves en fer d'un sujet, mais également dans le diagnostic et le suivi des affections cirrhotiques (associé au dosage des Immunoglobulines A - IgA).

 

Dosage sanguin de la transferrine

Résultats normaux

Le taux normal de transferrine dans le sang oscille entre 2 et 4 g/L.

Variations physiologiques

Les valeurs de référence sont différentes en fonction de l’âge.

  • Nouveau-né :          1,7-2,8 g/L

  • 1 mois :                     1,7-3,3 g/L

  • 1 an :                         1,9-3,5 g/l

  • Adultes :                   2-4 g/L

Coefficient de saturation :

  • Homme :                   0,20-0,40

  • Femme :                    0,15-0,35 

 

Les autres variations physiologiques sont liées à l’imprégnation ostrogénique. La grossesse conduit à une élévation de 50 % en 2e partie de grossesse. Les contraceptifs oraux peuvent conduire à une élévation de 30 %.

Taux de transferrine élevé (hypertransferrinémie)

Une transferrine ou une capacité totale de fixation de la transferrine élevée peut indiquer une carence en fer (anémies ferriprives) ou des hémorragies aiguës. La réduction progressive des réserves en fer entraîne une sécrétion de transferrine par le foie, qui traduit une carence en fer plus précoce que le dosage en fer lui-même.

Les diagnostics possibles sont :

  • Une carence en fer (anémie ferriprive) 

  • Une hémorragie aigüe 

  • Une grossesse

Taux de transferrine bas (hypotransferrinémie)

Une transferrine ou une capacité totale de fixation de la transferrine basse peut indiquer une hémochromatose (trop de fer stocké), une anémie d’origine infectieuse ou lors de maladies chroniques : malnutrition, cirrhose, syndrome néphrotique (pathologie rénale entraînant une perte de protéines dans les urines).

Comment éviter une carence en fer ?

La carence en fer se traduit par une anémie, accompagnée d'une réduction de la capacité physique et intellectuelle, d'une diminution de la résistance aux infections, et pendant la grossesse d'un risque augmenté de petit poids de naissance, de morbidité et de mortalité chez le nouveau-né. Les meilleures sources de fer se trouvent dans les viandes rouges, les abats, le boudin noir, les poissons gras, les fruits de mer… Le fer d’origine animale est mieux absorbé que le fer d’origine végétale (lentilles, haricots blancs, tofu, pommes de terre…). Découvrez les aliments les plus riches en fer.

 

LA CAPACITÉ TOTALE DE FIXATION

Qu’est-ce que la capacité totale de fixation de la transferrine en fer ?

Le fer est transporté dans l'organisme par la transferrine (sidérophiline) produite au niveau du foie. La quantité de fer pouvant être fixée à la transferrine, ajoutée au fer déjà lié, représente la capacité totale de fixation du fer (TIBC). Le rapport du taux de fer sérique sur l’IBC représente le coefficient de saturation de la transferrine.

En résumé, la transferrine joue un rôle très important dans la régulation du fer : en cas de carence en fer, la CTF augmente et c'est l'inverse en cas de surcharge. La CTF est une estimation indirecte de la transferrine. Associée au dosage du fer, elle permet d'évaluer le coefficient de saturation de la transferrine afin d'avoir une idée des réserves en fer de l'organisme et de leur disponibilité.

Le dosage de la transferrine et de la capacité totale de fixation de la transferrine mesure sensiblement la même chose. Il n’est d’ailleurs pas rare que les laboratoires dosent l’un ou l’autre.

Dosage sanguin de la capacité totale de fixation de la transferrine en fer

Résultats normaux

Les valeurs normales sont :

  • Capacité totale de fixation :          45 - 72 µmol /l          soit      250 - 400 µg /100 ml 

  • Coefficient de saturation chez l’homme :          20 - 40 %

  • Coefficient de saturation chez la femme :         15 - 35 %

Variations physiologiques

Les variations physiologiques sont essentiellement liées aux estrogènes. Ainsi, lors de la grossesse ou de la prise de contraceptifs oraux, la CTF sera plus élevée. A l’inverse, la prise de chloramphénicol (un antibiotique) peut diminuer les valeurs de CTF.

Taux de CTF élevé

Interprétation

Un épuisement des réserves en fer entraîne une augmentation de la fabrication par le foie de transferrine (détectable avant même l'apparition de l'anémie). Résultat : la CTF est alors augmentée et le coefficient de saturation diminué.

Taux de CTF bas

Un taux de CTF bas correspond à une augmentation des réserves en fer, qui peut avoir différentes origines.

-

  • Phycocyanine Micro-nutriments Anti-stress Spiruline