Pourquoi l'huile de Krill ?

Mis à jour : 21 avr. 2019


L'HUILE DE KRILL

Huile de Krill pure est certainement l’une des meilleures sources d’oméga-3 DHA, EPA, d’autant plus qu’elle est riche en phospholipides et en antioxydants (l’astaxanthine et des bioflavonoïdes). C’est un complément alimentaire naturel et complet qui contribue à une bonne santé du cœur, du cerveau, des yeux, de la peau et des articulations. Mais pour cela, elle doit être pure (c’est-à-dire sans ajout d’autres substances, y compris des huiles de poissons) pour conserver toutes ses qualités.


Huile de krill pure : un aliment complet de par sa composition


l’huile de krill contient l’ensemble des acides gras essentiels pour maintenir en bonne santé :

Des oméga-3 : EPA et DHA

Des phospholipides

Un puissant antioxydant : l’astaxanthine


Grâce à ses oméga-3 l’huile de krill pure est bénéfique surtout pour le cœur et le cerveau. Sa richesse en phospholipides préserve ses acides gras essentiels de l’oxydation. Ces molécules sont bien mieux absorbées que les huiles de poisson. Les acides gras riches en énergie vont alors être mieux véhiculés dans le sang jusqu’au cœur et au cerveau. Le pouvoir antioxydant de huile de krill pure est lié surtout à l’astaxanthine, mais aussi à d’autres bioflavonoïdes marins. Le krill se nourrit en effet de phytoplanctons qui sont eux-mêmes riches en antioxydants.


krill et digestion

Comparativement aux huiles de poisson, et aux huiles en général, l’huile de krill est bien plus digeste. L’une des caractéristiques principales de l’huile de krill c’est sa solubilité. Elle contient une partie de ses oméga-3 sous forme de phospholipides. C’est ce qui les rend solubles et donc bien mieux absorbés par l’organisme. Lorsque l’on compare avec de huile de poisson et que l’on met de l’huile de krill dans de l’eau, celle-ci se mélange très bien avec le milieu aqueux alors que les huiles de poisson restent en suspension.

L’huile de krill est parfaitement soluble et de ce fait ses oméga-3 sont parfaitement digérés. Car, c’est ce qui se passe au niveau de l’intestin : L’huile se mélange au bol alimentaire. En présence de l’eau elle se solubilise grâce à ses phospholipides ; c’est ce qui favorise son émulsion et son absorption par l’intestin. L’organisme fait moins d’efforts pour la digérer. A l’inverse des huiles de poisson qui sont bien moins digestes.


Huile de Krill et cholestérol

L’huile de krill est bonne pour le cœur. Car elle participe par ses oméga-3 au bon équilibre cardiovasculaire en préservant le cholestérol de l’oxydation, et en favorisant le maintien du taux de bon cholestérol dans les HDL.


Huile de krill et cholestérol : hypercholestérolémie et risque cardiovasculaire. (extrait de publications du docteur Paul Dupont, ancien chef de clinique de nutrition)


Le rôle de l’huile de krill s’explique par sa teneur en antioxydants (astaxanthine, bioflavonoïdes marins) et par la vectorisation des oméga-3 sur ses phospholipides. Ce qui permet l’incorporation des lipides dans les membranes cellulaires et aussi dans les lipoprotéines (transporteurs sanguins de cholestérols connus sous leur sigle LDL, HDL, VLDL, etc.)

On accuse bien souvent à tort le cholestérol comme cause d’infarctus ou de maladie cardiaque. Pour comprendre, il faut savoir que le cholestérol est un stérol (une variété d’alcool porteur d’acides gras essentiels) nécessaire à diverses fonctions hormonales et à la synthèse de la vitamine D. Ce stérol est donc un vecteur de l’acide gras qui lui est lié. Plus que la quantité de cholestérol dans le sang, c’est la nature même de son acide gras estérifié qui est importante. Si ce dernier est oxydé, le cholestérol est lui-même considéré comme un oxydant, et il peut provoquer les lésions vasculaires, voire même contribuer à des lésions dégénératives.

Il est donc indispensable de contrôler l’oxydation du cholestérol. C’est aussi important que de vérifier son taux global. Pour se rassurer, il ne suffit pas de se contenter d’un simple dosage des fractions du mauvais cholestérol contenu dans les LDL. C’est avant tout la baisse des HDL et l’oxydation des lipides contenus dans les LDL qui doit inquiéter. On sait en effet que le lien est avéré entre baisse des HDL et survenue des complications cardiaques.

Mais ce qui favorise surtout la formation de la plaque d’athérome, c’est le dépôt graisseux de lipides oxydés. Les graisses oxydées, tout comme les acides gras trans, sont moins solubles. Quand elles sont saturées en hydrogène les graisses ont tendance à se figer. Ce type de lipides est préjudiciable car ils traversent moins facilement la paroi des artères, et finissent par se déposer dans les cellules de l’endothélium (la paroi vasculaire). Là, ils provoquent un gonflement des cellules. On parle de cellules spumeuses. Ces cellules irritées fixent du calcium. C’est ce qui déclenche la plaque d’athérome. L’artère se durcit et peut se boucher en provoquant une agrégation des plaquettes sanguines.

En fait, toutes les causes d’irritation de la paroi des artères sont des facteurs favorisant les complications. Les graisses saturées, le tabac ou l’alcool sont des irritants ; mais aussi l’homocystéine, un produit de dégradation des acides aminés soufrés hépatiques. Tous ces facteurs conduisent à l’obstruction et à l’infarctus.


Krill et vision : prévention de la DMLA ?

La DMLA (Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age) est une pathologie rétinienne qui touche la partie centrale de la rétine (macula). Elle entraîne une perte progressive et irréversible de la vision centrale de l’œil.



krill et vision : étude australienne publiée en 2009

Elle regroupait 3654 participants, dont 2454 qui ont été suivis pendant 10 ans. la DMLA a été mesurée à partir de photographies rétiniennes tandis que les participants remplissaient un questionnaire alimentaire. Cette étude a fourni la preuve de l’effet protecteur des acides gras essentiels oméga-3 DHA/EPA, mais aussi des oméga-6 (acide linolénique).


krill et vision : étude de la revue Ophtalmology 2013

Elle a été réalisée sur 263 patients présentant des lésions précoces de DMLA. Ces personnes, d’un âge compris entre 55 ans et 85 ans, ont reçu soit 840 mg/jour de DHA plus 270 mg/jour d’EPA, soit un placebo (capsules d’huile d’olive) pendant trois ans. Elle a montré que les patients présentant les teneurs les plus élevées en oméga-3 DHA avaient un risque significativement plus faible de développer une DMLA exsudative sur 3 ans.


krill et vision : Publication générale sur les facteurs de risque de DMLA

Une étude réalisée en Argentine publiée en 2018 fait le point sur les différents facteurs qui favorisent la DMLA : parmi ceux-ci, en premier il y a l’exposition prolongée à la lumière solaire, surtout si elle s’associe à un manque d’apport en antioxydants (ce qui plaide en faveur d’une dégénérescence oxydative de la région centrale de la rétine) ; viennent ensuite le tabagisme, l’hypertension, les antécédents familiaux de dégénérescence maculaire.

https://pdfs.semanticscholar.org/3d4f/0bec2cdcb3083628ff2b05bc5e742bf90ab9.pdf


Tan JS1, Wang JJ, Flood V, Mitchell P. Dietary fatty acids and the 10-year incidence of age-related macular degeneration: the Blue Mountains Eye Study. Arch Ophthalmol. 2009 May;127(5):656-65.


Souied EH1, Delcourt C, Querques G, Bassols A, Merle B, Zourdani A, Smith T, Benlian P. Oral docosahexaenoic acid in the prevention of exudative age-related macular degeneration: the Nutritional AMD Treatment 2 study. Ophthalmology. 2013 Aug;120(8):1619-31.