La spiruline est-elle devenue toxique ?


Spiruline, un « miracle » alimentaire ?

Vous en trouvez sur presque tous les salons.

Leurs publicités se trouvent aussi dans les pages des journaux de médecine naturelle.

Cette algue aux nombreuses vertus médicinales est vantée comme un vrai petit miracle. Miracle disponible sur un claquement de doigt – et plus vraisemblablement, en donnant votre numéro de carte de crédit.

Soyons clairs, la spiruline a des propriétés tout à fait étonnantes :

Elle est facile à produire et riche en protéines. Elle respecte l’équilibre entre les gras oméga-3/oméga-6 dont dépend le surpoids.

Et enfin, elle est antioxydante et contient bien des vitamines et des minéraux, comme nous l’apprend une étude de 2013 réputée pour avoir fait le tour de la question[1]. Notons toutefois qu'elle est faible en vitamine B12, dont les végétariens manquent cruellement.


Mais la plus grande qualité de la spiruline est aussi son plus grand défaut… et c’est pour ça que vous devriez rester sur vos gardes.

Une éponge à métaux lourds

La vertu la plus extraordinaire de la spiruline, c’est de capter les métaux lourds. Ces matières toxiques - plomb, arsenic, cadmium, mercure… - sont très dangereuses pour le corps.


Le mercure, l’arsenic ou encore le cadmium (ce métal blanc qui sert à fabriquer les piles), peuvent endommager définitivement le système nerveux. Et cela peut provoquer des dégâts considérables. Prenez l'exemple tristement célèbre de ce petit village de pêcheurs japonais traversé par un fleuve contaminé au mercure :

- les habitants montraient une sérieuse baisse d’intelligence ;

- leur taille avait étrangement diminué ;

- même leurs chats avaient des comportements inhabituels : des pêcheurs les ont vus se jeter des falaises.

On note aussi un risque accru de cancer, comme le Sénat français le rapporte[2].