Ce nutriment indispensable divise par 2 les problèmes de mémoire


L’adaptation de l’homme aux milieux aquatiques est l’une des caractéristiques qui nous distinguent des autres singes.

En revenant à l’eau, nos lointains aïeux n’avaient pas conscience de revenir à la source de la vie.


Et pourtant, au contact de la mer, nous nous régénérons ! Voilà pourquoi tant de remèdes puisent leurs vertus dans la mer, et pourquoi elle est une source d’inspiration pour toute la médecine naturelle. Or il se trouve que notre fréquentation de la mer, depuis des milliers d’années, a fait de notre espèce une grande consommatrice de poissons gras. Si nos yeux sont parmi les plus efficaces de la création, et que notre cerveau est le plus gros du règne animal, c’est certainement grâce à ce régime spécial ! Car il contient beaucoup de DHA, une graisse très précieuse, dont notre cerveau et nos yeux ont besoin en grande quantité. MAIS les personnes qui mangent assez de DHA pour être en très bonne santé cérébrale sont vraiment rares.


Un cerveau et des yeux en parfait état grâce à la DHA


Les membranes de nos cellules sont faites d’une double couche de graisse précieuses, appelées phospholipides. Si elles sont en bonne santé, c’est toute la cellule qui est en bonne santé. Car la cellule est un corps dans notre corps. Une membrane en mauvaise santé, c’est comme une grande plaie ouverte : c’est très mauvais signe, si ce n’est pas soigné. Or il se trouve que la qualité des membranes de nos cellules dépend des graisses que nous absorbons. Si ce sont des graisses habituelles – les triglycérides – cette membrane est de mauvaise qualité, et c’est tout notre organisme qui est exposé au danger. La meilleure forme de graisse possible pour nos membranes cellulaires, ce sont les oméga3. Et parmi les oméga3, le DHA est certainement le plus indispensable à notre organisme. Pourquoi ? Parce que c’est de lui que dépend la qualité des membranes des cellules de notre cerveau : les neurones. Pour sa présence élevée dans notre cerveau, le DHA a d’ailleurs été appelé au départ, l’acide « cervonique ». Notons qu’il est impossible que le cerveau humain se développe correctement sans un apport conséquent en DHA. Et ce besoin est partagé par la plupart du règne animal. Les reptiles, les oiseaux, les poissons – même les poulpes ont besoin du DHA pour se développer correctement ! Cette molécule était donc absolument indispensable pour nous avant même que nous venions au monde. Et elle reste de la plus grande importance tout au long de notre vie. D’où l’importance de nous assurer les meilleurs apports ! Car la santé de nos cellules est en jeu, particulièrement celles de notre cerveau et de nos yeux. En effet, notre capacité à transformer certaines graisses en DHA diminue beaucoup avec l’âge, tandis que notre tête, elle, n’a pas moins besoin de cette précieuse molécule qu’auparavant !


Diminuez de moitié les risques de maladie d’Alzheimer

Il faut l’admettre : sans la vue, nous sommes infirmes. Et sans concentration, nous sommes des animaux. C’est dire à quel point le DHA, cette petite molécule dont dépend la santé de notre cerveau et de nos yeux, nous définit. En un mot : c’est le DHA qui nous fait exister en tant qu’individus. Or le DHA représente environ 9% des molécules de notre cerveau. Cette graisse RARE est donc d’une importance cruciale, tant pour son rôle que pour la quantité que nous avons besoin d’en absorber. Et c’est normal, après tout : notre cerveau est un réseau de cellules – les neurones – et les parois de ces neurones sont en DHA. Il a été prouvé par deux études importantes qu’un apport conséquent en DHA divise par 2 le risque de développer la maladie d’Alzheimer. Elle est également prescrite en quantité importantes aux personnes souffrant de dépressions graves, de démence, ou de troubles psychiatriques tels que la schizophrénie ou les troubles bipolaires. Il a également été établi, puisque la DHA est une composante très importante de la rétine, qu’elle permet de diminuer les risques de dégénérescence maculaire liée à l’âge, la terrible DMLA, qui reste encore irréversible.


Presque aucune maladie cardiaque chez les Esquimaux !

Peut-être avez-vous déjà entendu parler du « paradoxe » français ? Le fait que les Français mangent spécialement gras, tout en ayant moins de maladies cardiovasculaires que la plupart des autres pays occidentaux, a suscité bien des débats. Dans les années 1980, une étude du médecin Michel de Lorgéril a fait du bruit, lorsqu’il a démontré que les polyphénols du vin, et en particulier le resvératrol, étaient bons pour les artères et le système cardiovasculaire en général. C’est aujourd’hui l’explication la plus plausible du paradoxe français. Or il semble que les esquimaux aient eux aussi leur paradoxe ! Ils mangent énormément de graisses, dont une quantité importante de DHA (10g par jour). Le résultat ? Presque aucun Esquimau ne meurt de crise cardiaque.


Comment trouver de la DHA de qualité ?

Hélas, nous vivons une vie très différente des Esquimaux. Non seulement notre existence est moins austère et moins sportive, mais notre nourriture est aussi beaucoup plus polluée que la leur. Quand un Esquimau mange des poissons, des crevettes ou des mammifères marins, ceux-ci contiennent bien peu d’aluminium ou de métaux lourds (plomb, mercure, arsenic, cadmium).

Contrairement à nos poissons, particulièrement pollués. Une anecdote à ce sujet : l’acteur américain Jeremy Piven avait pour habitude de manger du poisson 2 fois par jour. Jusqu’au jour où il a fait une intoxication au mercure… directement liée à son alimentation. C’est ce genre d’incident qui peut vous faire réfléchir à deux fois si vous vouliez faire le plein de DHA chez votre poissonnier favori. Il est désormais devenu habituel de recommander de manger des petits poissons gras (maquereaux et sardines), plutôt que le saumon et le thon. En effet, situés plus hauts dans la chaîne alimentaire, le saumon et le thon ont une tendance certaine à accumuler les métaux lourds et surtout l’aluminium. Si, comme Jeremy Piven, vous êtes grand consommateur de poisson cru, c’est une notion qu’il ne faut pas perdre de vue ! Mais si vous n’aimez pas les petits poissons, très salés, si vous n’aimez pas le poisson tout court – ou encore si vous n’avez pas confiance dans ces aliments, vous pouvez vous complémenter très facilement avec du DHA de la meilleure qualité.


La DHA : le complément à avoir pour se protéger d’Alzheimer, des risques cardiaques et de la DMLA

Maintenant, comme je vous l’ai dit, un apport important en DHA est indispensable si comme moi, vous avez passé la cinquantaine – car votre corps compense beaucoup plus difficilement les carences. Cet apport est tout aussi important si vous attendez un enfant. Rappelons que la DHA protège des dégénérescences, notamment celles du cerveau et de l’œil, et particulièrement de la maladie d’Alzheimer. Les personnes qui retrouvent un niveau normal de DHA dans leur organisme, témoignent d’un regain de lucidité, de forme, et même de bonne humeur ! Ce ne sont pas les recommandations officielles qui me contrediront, puisque, comme ma regrettée grand-mère, elles ont longtemps fait la promotion de l’huile de foie de morue, fort riche en DHA ! Heureusement pour vous et moi, plus besoin de passer par ce moment gustatif épouvantable pour avoir un cerveau et des yeux en pleine forme !

Au plaisir de lire les changements que vous avez observé sur vous,

Portez-vous bien,

Dr. Thierry Schmitz


L'huile de krill, riche en Phospholipides, Oméga 3, en EPA et DHA disponible, en Choline, en Astaxanthine et enrichie en Vitamine D.


ETRE CLIENT PRIVILEGE ET BENEFICIER DE SE SUPER ALIMENT ?